Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à réclamer des rp aléatoires !!! Nous manquons également de moldus, faîtes un tour du côtés des oubliés ♥ .

 

 Would you like to open the Pandora's box?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 98
Points : 56
x âge : 30 ans
x métier : Propriétaire du Pandora
x statut : Sorcière Célibataire

MessageSujet: Would you like to open the Pandora's box?   Mar 31 Jan - 21:50

Bienvenue ! Courte notice d'utilisation :
 

Le Pandora était un lieu tantôt calme et subtil, tantôt plein de vie et de musique forte. Vous trouverez toujours réponse à votre demande du moment. Soit en discutant passionnément avec un inconnu ou alors en dansant collé serré tout contre cette délicieuse et voluptueuse personne qui vous fait de l'œil depuis que vous avez passé le pas de la porte de cet endroit.

Du côté mixte, la scénette accueille volontiers quatre ou cinq musiciens prêts à faire raisonner leurs instruments et souvent à ses occasions certaines tables sont poussées sur les côtés pour permettre au public de se mettre en mouvements aux rythmes des différentes vibrations.

Passez l'épais rideau de velours rouge au fond de la salle et vous serez chez les sorcier, l'endroit raisonne de la musique d'à côté, mais le tout reste toujours calme et mesuré. Il faut dire que l'espace est plus réduit, plus sombre et le bar moins impressionnant, mais pourtant pas moins accueillant, certes non. Les sorciers aiment se retrouver à l'occasion, pour profiter de la discrétion du lieu et du confort des fauteuils rembourrés çà et là. Une ambiance calfeutré et tamisée le tout protégé par un charme de repousse moldu comme le veut la législation d'un tel lieu.

Ce samedi soir là, accoudée au bar, le corps tourné vers la scène, Powame admirait les musiciens le sourire aux lèvres, le regard vague sirotant un mojito de sa barmaid.

« Dit Patronne, tu veux bien apporter cette bouteille de champagne au groupe là-bas ? »

Elle se retourna attrapa la dite bouteille que lui tendait Emily.

« Oui bien sûr ! A condition que tu ne m'appelles plus jamais « Patronne », moi c'est Powame tu te souviens ? »

Sa barmaid haussa les épaules en se moquant, elle l'avait fait exprès c'était certain. Elle était nouvelle depuis quelques mois et Powame lui donnait un coup de main avec bon cœur, il faut dire que des soirées comme celle-ci ce n'était pas évident à gérer même avec une bonne équipe au complet. Elle slaloma à travers la piste de danse.

L'ambiance côté mixte était à son comble. La musique folk du groupe Blacks Suits raisonnait et un certain nombre de personne hardis se déhanchaient un verre à la main en dodelinant de la tête. Certains couples dansait langoureusement sans trop de pudeur, créant leur propre monde.

Sorciers et moldus confondu se rassemblaient autour d'un bon verre pour rire aux éclats ou se draguer sans discrétion aucune. Powame aimait particulièrement ces ambiances-là.

Comme d'habitude, le côté sorcier restait plutôt calme, quelques-uns d'entre eux en profitait pour parler de sujet plus sérieux. Powame ira certainement y faire un tour un peu plus tard.

« C'est bien pour vous cette petite bouteille ? »


Dernière édition par Powame Adams le Ven 15 Sep - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Mer 1 Fév - 22:45


« Non, ce soir je ne bois pas une goutte et vous le saviez depuis le début. C’était le deal les gars ! » Lâcha Sally Grayson en passant le porche du Pandora dans un élan désinvolte. La nuit s’était à peine levée que l’avocate ne rêvait plus que de son lit douillet. Même si sa journée s’était relativement bien passée la fatigue l’avait emporté et il valait mieux ne pas l’irriter dans ces moments-là. Mais malgré tout elle était avec une bande d’amis, prête à savourer son samedi soir comme probablement la moitié de la population britannique. Elle était là, au sein de ce bar dont elle n’avait jamais entendu parler, perchée sur ses escarpins noirs et sa robe moulante aubergine légèrement au-dessus de ses genoux dissimulée sous un blazer noir. « Allez, on dirait une vieille à parler comme ça. Fais pas ta rabat-joie Sally ! » Un de ses amis lui tapa gentiment l’épaule pour la motiver à les rejoindre puisque tout le monde semblait attendre sa bénédiction pour consommer comme jamais. Levant les yeux au ciel dans un premier temps, la jeune Grayson se résolut finalement à les rejoindre et prit place à côté de l’un d’entre eux sans rien ajouter. Elle n’allait pas passer sa soirée à bouder comme les adolescents adoraient le faire ni à râler comme les vieilles filles le faisaient par jalousie.

Croisant prestement les jambes, Sally laissa son regard errer dans les environs. Il fallait l’avouer, ce bar était somptueux et la décoration lui plaisait énormément. Cet endroit respirait la joie et la bonne humeur, l’air était agréable et la musique qui passait ce soir là sublimait le tout. Elle était tellement prise et captivée par ce qu’elle observait qu’elle n’entendit même pas ses amis commander une bouteille de champagne. Une autre frappe amicale sur l’épaule la fit revenir sur terre et elle fit semblant de s’intéresser aux discussions de ses amis. Chacun parlait de sa journée ou encore de sa carrière, une discussion banale et des plus formelles chez les moldus. Non, elle n’était définitivement pas d’humeur. En même temps, quand on sait dans quel état elle avait fini quelques semaines auparavant c’était facile de compatir et de la comprendre. Seulement voilà, mise à part son foie, personne ici ne savait ce qu’elle avait fait. Personne n’avait su qu’elle avait fini ivre chez un inconnu de la veille. Un présumé Osmund par ailleurs. C’était pour cela qu’elle avait affirmé sa sobriété pour ce soir  mais ses amis n’avaient pas bronché suite à cette annonce. Ils connaissaient tous son personnage et son orgueil ainsi que sa fierté n'étaient plus quelque chose à prouver. Si Sally ne décidait pas d’elle-même, autant ne pas la forcer. Ça viendra.

Quelques minutes plus tard, une belle métisse aux yeux bleus se rapprocha d’eux, une bouteille de champagne à la main et leur demanda si c’était bien pour eux. Sortant une nouvelle fois de sa torpeur, Sally écarquilla les yeux et soupira discrètement. Aux vues de la réaction presque puérile de ses amis, la jeune femme avait dû prendre ce signe comme étant une réponse positive. « Vous me désespérez. » Marmonna Sally dans sa barbe avant de faire de la place sur la table pour aider la jeune femme qui était venue les servir. Et tandis que le groupe avait remercié la propriétaire des lieux en choeur, Sally leva la main avant que cette dernière ne s’en aille au loin. « Excusez-moi mais je ne bois pas ce soir malheureusement… Est-ce que vous avez des consommations sans alcool par hasard ? » Commença Sally en utilisant sa douce voix et en souriant gentiment.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Mer 1 Fév - 23:05

Le Pandora. Si Amber en avait souvent entendu parlé, il faut dire que jusqu'à présent, elle n'avait jamais pris la peine d'en passer la porte. Et bien, ce soir, c'était chose faite. On ne peut pas vraiment dire que c'est une journée chargée qui l'a poussée à entrer. Enfin... Émotionnellement parlant, si. Et Merlin sait comme c'est idiot, après tant d'années, elle devrait s'être faite à cette idéepourtant. Il faut croire qu'il y a des choses qu'on n'accepte jamais.

En entrant, la première chose qui frappe Amber est la musique. Un groupe joue ce soir, et l'ambiance est assez décontractée. Certains dansent, d'autres boivent. Si Amber se souvient bien, il y a un côté où moldus et sorciers se rencontrent, et derrière le rideau, ce ne sont que des magiciens. La jeune femme décide de rester du côté mixte. La seule chose qu'elle veut, c'est noyer sa tristesse et sa solitude d'un soir dans un verre, quel que soit son contenu. Elle aurait aimé passé une soirée tranquille à deux, aujourd’hui plus qu'un autre jour. Mais il était occupé. Amber comprend et ne peut pas vraiment lui en vouloir. Surtout qu'il a dû oublier qu’aujourd’hui est une journée particulière.

Elle avance jusqu'au bar où elle s'assied sur un tabouret solitaire. En soupirant, elle s'appuie sur le comptoir et lève vaguement les yeux vers la carte des boissons. Ce n'est pas vraiment dans ses habitudes de boire et elle ne connait rien de ce qu'elle voit. Elle hésite presque à demander quelque chose d'alcoolisé. Mais avant même qu'elle ne puisse réellement se décider, une barmaid s'approche et lui fait un mouvement de tête, demandant sans un mot ce qu'elle veut boire. Prise au dépourvu, Amber passe à nouveau la carte en revue.


- Heu... Un Sex on the beach s'il vous plait, dit-elle d'une voix assez hésitante.

Aussitôt dit, aussitôt fait. La jeune femme la sert et la boisson apparaît devant elle. Un moment, Amber la regarde d'un air sceptique. À l'odeur, elle a l'impression de sentir quelque chose de fruité. Mais bon, pourquoi rester là à regarder son verre puisque c'est commandé. Aussi, Amber le saisit... Et boit une grande gorgée. Elle s'attendait à être dégoûtée, mais est vraiment surprise du gout sucré qui s'immerge dans sa bouche. Ça la fait rire. Malgré cela, bien vite, la tristesse reprend place dans ses yeux.

C'est idiot. Elle se sent ridicule. Amber ne sait pas trop ce qu'elle fait là. C'est fou ce qu'on peut faire quand on est seul et perdu. Boire un verre dans un bar, seule. Ca fait bien longtemps qu'elle n'avait plus fait ça. Il faut dire que l'année dernière, à la même date, elle avait réussi à trouver de quoi s'occuper. Un sourire mélancolique se glisse sur ses lèvres, elle sirote une gorgée de plus.

- Joyeux anniversaire... maman.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 19/12/2016
Messages : 189
Points : 108
x âge : 30 ans
x métier : professeur des écoles + tient une chaîne youtube reconnue basée sur la culture musicale
x statut : boucheur de trous professionnel *wink wink*

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Jeu 2 Fév - 20:26

Vous commencez à me connaître : je ne rate jamais une soirée arrosée. D’habitude, je me contente du pub de mon quartier, mais ça fait un petit bail qu’on me parle du Pandora. Le problème, c’est qu’il est situé pour ainsi dire de l’autre côté de Londres. J’ai donc mis un bon moment à me décider à traverser la ville pour me bourrer la gueule, question de flemme. Mais ce soir, je me sens d’humeur conquérante. Je prends toute ma motivation avec moi et je prends le métro, déterminé à passer la nuit à Camden.

Ma première impression en découvrant le Pandora est que j’adore cet endroit. À peine passé la porte, je m’arrête net, appréciant d’un même temps la musique entraînante et l’ambiance chaleureuse qu’offre la décoration du lieu. Le groupe qui passe semble s’amuser sur une scène improvisée et je sens déjà que je vais beaucoup m’amuser ce soir. Même seul. Je m’en accommode très bien, réussissant toujours à trouver l’un ou l’autre compagnon d’un soir. Au loin, un long rideau rouge sépare toute cette pièce d’une autre, probablement un fumoir ou un espace pour le personnel.

Mes yeux se posent alors sur une silhouette que je pense reconnaître. Silhouette qui ne colle pas avec l’endroit où nous nous trouvons. Bizarrement, le lien ne se fait pas dans ma tête et je mets quelques secondes à la reconnaître. Mon sang ne fait qu’un tour. Alors qu’elle est là, assise sur ce tabouret, je reste planté comme un con : Amber est seule. Pas de trace de son insupportable mec, qui n’approuverait probablement pas le fait qu’elle boive dans un bar. Enfin, en réalité, je n’en sais rien. C’est juste que je ne l’aime pas. C’est viscéral. Probablement parce que je ne vois que par elle et que c’est lui qui a la chance… oh, et bref.

Mon courage à deux mains. Je ne suis que la musique entraînante et j’arrive derrière la demoiselle. Et si je suis conscient que sa présence dans un bar, un verre d’alcool à la main, est une chose exceptionnelle, je suis à mille lieues de me douter qu’elle ne fait que noyer son chagrin. Je m’assieds à côté d’elle et pose une main sur son avant-bras pour lui signaler ma présence :

- Amber Davis avec un verre d’alcool ? Serait-ce une hallucination ?



_________________

nobody seems that bothered in the end ∆
and when nothing makes much sense oh, well, the internet is here with some easy answers dear. And my online life is oh, so in love, so in love, so in love.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Jeu 2 Fév - 21:14


Tu parles d'un anniversaire... La première concernée n'est même pas là. En fait, cela fait tellement de temps qu'elle ne l'est plus... Que Amber n'est plus sûre de savoir si c'est 8 ou 9 ans de disparition qu'elle fête aujourd’hui. La jeune femme hausse les épaules, ça ne change pas grand chose. Une année de plus ou de moins, hein.

La sorcière observe son verre depuis qu'elle en a bu une gorgée. C'est bon ce truc, mais elle n'est pas sûre de vouloir le boire, en réalité. Ou peut-être pas toute seule. Pas aujourd'hui. Ce n'est pas vraiment la soirée...

Puis qu'est-ce que c'est idiot ce nom ! Un Sex on the Beach. Les moldus et la nomination, ils avaient une manie. C'est comme l'espèce de petit bout de bois qui se trouve dans le cocktail. Un... Tourneur, ou une touillette ? C'est pour mélanger, en d'autres mots. À la maison Amber n'a besoin que d'un simple coup de baguette et hop ! Ça se fait tout seul. Il n'y a pas d'objets spécifique pour ça. Cependant, tous ces petits objets qu'ils créent font surement un peu le charme des non-sorciers.

Subitement, une main apparaît de nulle part et se pose sur son épaule, tandis qu'on l’appelle par son nom. Amber sursaute violemment et se fige une fraction de secondes, avant de se tourner lentement vers ce bras mystérieux. Lorsqu'elle reconnait le jeune homme qui vient de l'interpeller, elle est presque rassurée. Elle soupire de soulagement, et rit légèrement du bon qu'elle vient de faire.

- Hey, Ezra ! S'exclame-t-elle, un mince sourire sur les lèvres. Ça fait un moment, dis.

Puis, Amber réalise que, effectivement, la croiser seule dans un bar, un verre en main - d'alcool qui plus est ! - c'est peu commun. En fait, c'est même plutôt rare. Et elle ne sait pas trop quoi répondre. Ezra est un ami qu'elle connait depuis un petit moment maintenant, elle sait qu'elle pourrait déballer sa vie entière, dans les moindres détails, il boirait chaque mot comme une parole sacrée. Mais elle hésite. Elle se sent coupable et ne sait pas trop pourquoi. Du coup, elle tente de changer de sujet, sans vraiment avoir d'espoirs.

- Le tabouret à côté de moi n'a pas encore trouvé de maitre, si tu veux t’asseoir...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 98
Points : 56
x âge : 30 ans
x métier : Propriétaire du Pandora
x statut : Sorcière Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Ven 3 Fév - 19:09

Le petit groupe rigolait doucement en zieutant la jeune fille blonde qui venait de lui demander un cocktail sans alcool.

«  Oui bien-sûr, je t'apporte la carte tout de suite. »

Powame termina de déposer les flûtes autour du pot à glaçon, puis elle s'éloigna de quelques pas avant d'attraper une carte qui traînait sur une table, lançant un sourire d'excuse à ses occupants. Elle revint sur ses pas.

« Voilà, je te laisse regarder. » Dit-elle en lui faisant un clin d'œil encourageant.

Elle reparti en direction du bar, faisant un petit détour pour éviter les danseurs. Elle se joindrait bien à eux, la musique était vraiment au top. Elle se rassit sur son tabouret et continua de siroter son mojito. Elle n'était pas censée boire tout en faisant le service. Ou pas trop du moins. Elle n'avait pas instauré de règle stricte à ses employés, ils pouvaient accepter un verre ou deux de la part des clients histoire de ne pas être malpolis, mais cela devait rester exceptionnel. Le tout était de garder la tête sur leurs épaules pour gérer les situations qui pouvaient se présenter à eux. Une bagarre par exemple. Mais bon, étant donné que ce soir elle n'avait pas prévus d'être de service, elle avait commencé sa soirée comme d'habitude… Et finalement le bar se remplissant, il fallait bien que les clients soient correctement servi. Heureusement que c'était son premier verre. Ou peut-être le deuxième ? Emily aurait pu facilement lui remplacer son verre presque vide par un nouveau.

Elle continua d'observer la piste tout en gardant un œil sur la blondinette qui, si elle ne se levait pas, lui demanderait certainement de revenir vers elle pour qu'elle puisse prendre sa commande. Mais ses yeux restaient surtout aimantés vers la piste. Son pied tressautait d'envie de rejoindre les corps en rythmes.


Oh ?! Une personne semblait lui faire de l’œil sur la piste de danse… A moins que cela ne soit que son imagination ? Elle resta concentrée histoire de vérifier cette possibilité.


Dernière édition par Powame Adams le Ven 15 Sep - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 237
Points : 620
x âge : 26 ans
x métier : Vendeuse
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Dim 5 Fév - 12:16

On lui avait dit de venir ici. Elle avait admis à une de ses collègues de travail, durant leur pause qu’elle faisait de la musique. La conversation était vite allée un peu plus loin, et l’autre jeune femme lui avait affirmé qu’il y avait un lieu génial, si elle avait envie d’aller y jouer : le Pandora. Très vite Shelley regretta d’en avoir parlé ; le lendemain en effet, on lui proposait une soirée à faire entre quelques employés du Zara où elle travaillait au fameux Pandora, pour se détendre… Mais aussi parce qu’à présent, tout le monde savait qu’elle chantait et jouait de la guitare. Forcément, il fallait ab-so-lu-ment qu’elle aille se positionner là bas, sans doute l’imaginaient-ils tous déjà en train de devenir une rock star. Elle n’avait rien contre ses collègues de travail, mais n’avait vraiment d’affinités qu’avec deux ou trois, et ne se sentait certainement pas prête à partager ce qu’elle considérait comme son intimité avec eux. Pour faire bonne figure, elle avait accepté, car elle avait conscience qu’un bonne entente et cohésion avec le groupe, c’était quand même bénéfique dans le contexte du travail. Mais au fond, elle n’avait aucune envie d’y aller. Enfin, si. Mais pas avec ces gens avec qui elle ne partageait rien, si ce n’est râler contre les clients, super. C’était le genre de repérage qu’elle aurait aimé faire avec ses copines, pas avec eux, dont certains étaient déjà en train de lui mettre la pression, comme si elle n’avait d’autre choix presque, que de monter sur scène et s’imposer. Elle détestait quand on prenait ce genre de décisions à sa place, et si pour l’instant elle se contentait d’arrondir les angles, parce qu’elle n’avait pas besoin d’histoires supplémentaires, il ne fallait pas que cela aille plus loin. Non parce qu’elle était prête à montrer les dents s’il le fallait.

Elle était contrariée en plus, parce qu’elle n’était pas dans de bonnes conditions, elle voulait envisager l’endroit, tâter le terrain, être à l’affût. En revanche, elle était claquée de sa journée de boulot, contrainte de faire la conversation, de sourire, de se forcer à rire parfois. « J’ai juste envie de boire un verre pour l’instant, soupira t-elle à un moment donné, quand une des filles insista, parce qu’elle était toujours sur sa chaise. Elle pouvait pas se mêler de son cul un peu, non ? Elle avait du mal à l’apprécier en plus celle-ci. Elle était nonchalante, et jamais contente. Elle sentait qu’elle était à deux doigts de devenir agressive, si l’autre continuait. Malheureusement, impossible de se détendre, tandis qu’elle avait le sentiment d’être sur un siège éjectable, oppressée par l’ambiance que généraient ses collègues de travail. Elle but sa boisson alcoolisée un peu trop vite, histoire de s’en débarrasser, et prétexta vouloir faire un tour de la salle, pour voir. Elle ne laissa à personne l’opportunité de la suivre, et se faufila entre d’autres clients. Clairement, elle était tentée de filer à l’anglaise, c’était de circonstances, mais ça risquait de poser problème au boulot ensuite. Sérieusement, qu’est-ce que c’était chiant les relations cordiales de travail ! Elle jeta plusieurs regards perdus autour d’elle, parce qu’elle ne savait ni quoi faire, ni où se mettre, avec le désagréable sentiment que tout le monde avait les yeux rivés sur elle, alors qu’au fond, tout le monde s’en foutait. Son cocktail qui était costaud lui montait déjà à la tête. Quelle mauvaise idée, vraiment… Pardon… elle venait de bousculer quelqu’un, sans faire exprès, et se cogna les hanches contre une chaise vide. Ce n’est qu’en relevant les yeux, après s’être frottée à l’aide de ses mains là où elle s’était tapée, qu’elle l’a vit, une table plus loin. Sally ! »

Le soulagement. La délivrance. Instantanément elle se sentir respirer de nouveau, comme si soudain, tout allait s’arranger, comme si Sally elle-même avait la solution. Elle arriva jusqu’à sa hauteur, en clignant des yeux. Sally, quelle horreur, lui dit-elle sans préambule. Elle se coupa elle même avant de se lancer dans son histoire, car Sally était bien entourée, elle n’était pas sûre de vouloir intégrer un autre groupe où elle ne se sentirait pas bien. Pause pipi ? » marmonna t-elle, en espérant que la musique couvrirait sa voix. Elle se sentait assez à l’aise avec son amie, pour lui faire comprendre la situation avec le minimum de mots et de politesse que l’exigeaient les rencontres sociales.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Lun 6 Fév - 22:23


« Oui bien sûr, je t’apporte la carte tout de suite. » Sally esquissa un fin sourire en guise de réponse et attendit sagement le retour de la propriétaire. La fête battait son plein, des âmes errantes se retrouvaient tandis que d’autres se redécouvraient à la vitesse de la musique. Les amis avec lesquels elle s’était rendue sur place semblaient déjà bien éméchés et bien déterminés à ne pas lui faire part de leur discussion. A croire qu’ils l’avaient invité pour qu’elle fasse le chauffeur une fois de plus. « Voilà, je te laisse regarder. » Un énième sourire s’empara des lèvres de l’avocate tandis qu’elle porta son attention sur les suggestions. Intérieurement, la jeune femme avait l’impression de retourner à l’époque de l’université, elle qui était condamnée à ramener les autres en vie après chaque soirée étudiante. Bien que certaines fois ses amis de l’époque reprenaient le flambeau, cela restait relativement rare. Et pourtant, même des années après le cas de figure venait à se répéter. C’était peut-être pour ça qu’elle s’était rendue dans un bar seule la dernière fois.

C’était un fait, la carte des boissons était pleine à craquer. Même si les classiques ne méritaient même plus d’être énoncés, la curiosité de Sally se focalisa sur d’autres cocktails aux noms plus exotiques. Mais avant de pouvoir en choisir un, il fallait bien évidemment qu’elle sache ce dont elle avait envie ce soir. Quelque chose de sucré ? Non, déjà vu. Quelque chose d’exotique ? Et puis quoi encore. En fin de compte, la jeune avocate opta pour quelque chose de léger, ou du moins cela semblait l’être. C’était décidé, elle prendra un cocktail contenant du jus d’orange, de la grenadine, de l’aloe vera et des framboises. Et quand elle reposa la carte des boissons devant elle, Sally fut interpellée par Shelley non loin de sa position. « Sally ! » Clairement surprise de croiser son amie de toujours dans ce bar, la jeune femme la regarda et clignota des yeux un instant. « Oh Shelley, celle-là de coïncidence ! » C’était sans réfléchir à ses affaires qu’elle se leva rapidement pour s’élancer à sa rencontre et la saluer correctement. « Comme quoi, même le monde pense que les lettres ne suffisent plus. » Continua-t-elle en prenant son amie dans ses bras. La sentir près d’elle avait le goût du bonheur. Cela faisait si longtemps qu’elles ne s’étaient pas vues toutes les deux que leur amitié aurait pu être digne d’un mythe. La retrouver ici était la meilleure chose qui lui était arrivée ces derniers jours. Mais quand la jeune femme vit la mine tirée de son amie, Sally se douta que quelque chose n’allait pas. « Sally, quelle horreur. » Fronçant les sourcils dans un premier temps, Sally se décala légèrement pour chercher du regard la raison de sa mauvaise humeur. Ainsi, quand l’ainée Grayson posa son regard sur le petit groupe assis qui regardait dans leur direction, il ne lui fallut pas bien longtemps pour comprendre. Sally adressa alors une mine compréhensive à Shelley pour lui signaler qu’elle avait saisi et qu’elle compatissait. « v Les fameux collègues dont tu m’as parlé je suppose… » A tous les coups ils avaient dû la pousser à venir ce soir pour qu’elle leur montre ce qu’elle avait dans le ventre. Sauf que Sally savait pertinemment que Shelley n’était pas du genre à exhiber ce genre de choses publiquement et encore moins sous la pression. « Pause pipi ? » Là, c’était un rire sincère qui se glissa hors de ses lèvres. Sally n’avait pas entendu ces deux petits mots depuis des années et ça eut l’effet de la renvoyer dans le passé le temps d’un instant. Décidément, Shelley savait très bien lui ressasser leurs moments à elles. « Bien sûr ! »

Sans attendre une minute de plus, Sally retourna à sa table pour prendre ses affaires et prévenir de son déplacement avant de revenir vers Shelley. Passant devant les collègues de Shelley, en tant que femme bien élevée, elle les salua et les gratifia d’un sourire poli, celui qu’elle réservait d’ordinaire à ses clients. Toutefois, une fois les portes des toilettes franchies, Sally abandonna ce sourire pour une mine exaspérée. « Maintenant je vois parfaitement ce que tu ressens ! » Et alors que son rire s’apaisait progressivement, l’avocate regarda à nouveau sa vieille amie et exprima son soulagement profond. « Tu ne peux pas savoir à quel point je suis contente de te voir. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/12/2016
Messages : 57
Points : 68
x âge : 32 ans
x métier : Directrice de l'école primaire mixte de clapham/oubliator
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Ven 10 Fév - 17:56


WOULD YOU LIKE TO OPEN THE PANDORA'S BOX ?

Pff. Ca résume bien mon humeur ça, pff. Comment je me suis retrouvée ici, déjà ? Ah oui, j'avais suivi ma meilleure amie dans ce bar. "Ca va être fun", qu'elle disait. "Tu sors jamais, viens t'amuser avec nous" qu'elle disait. "Qui sait, tu vas peut-être rencontrer ton futur mari !" Mais je n'ai besoin de rencontrer personne, damn it. Elle veut toujours m'emmener faire des choses incroyables et sortir s'amuser. Je sais que c'est parce qu'elle tient à moi et qu'elle a peur que je m'ennuie, toute seule. Alors que pas du tout, au contraire même ! J'adore être toute seule et lire, savourer une tasse de thé alors que j'essaie d'avancer mon roman, ou alors simplement rêvasser en écoutant de la musique. Et même que si je suis de bonne humeur, je peux danser ! Oui oui, vous avez bien lu, moi Murphy O'Donnell, la fille la plus timide de Londres, qui fait tout ce qui est en son possible pour ne pas se faire remarquer, danse lorsqu'elle est toute seule !

Bref. Me voilà ici, au Pandora. Parce que oui, j'ai suivi ma meilleure amie pour une fois. J'avais envie de lui faire plaisir. Au début tout était cool, il y avait peu de monde et je sirotais un cocktail en écoutant mes amis discuter. Puis un groupe est venu jouer. Du monde est arrivé, une piste de danse s'est improvisée et je me suis retrouvée prise au piège entre le mur et les danseurs qui menaçaient de me marcher sur les pieds. Mes amis m'ont lâchée pour aller se déhancher, non sans un "tu danses ?" qui n'était qu'une formalité. Ils savaient très bien que ce n'était pas mon truc. La musique n'était même pas mauvaise, mais la foule grandissante commençait à m'oppresser. Du coin de l'oeil, j'ai même aperçu ma meilleure amie en train de draguer un mec. Il était beau. En même temps, elle pouvait se permettre de choisir, elle. Ce n'est certainement pas vers moi qu'un garçon comme ça irait.

Trop de monde. J'aime pas le monde. Aucun endroit où se cacher. A moins que... ?

Les toilettes ! J'ai réussi à me cacher dans les toilettes ! Qu'est-ce que je suis ingénieuse ! Assise sur le siège des toilettes, j'ai réussi à me calmer. On entend la musique, d'ici. Certes, les basses sont les seules notes que l'on entend distinctement, mais c'est tout de même plus agréable que d'être dans la salle principale, le son des sonos tellement fort que tu sors avec un accouphène, les gens criant et dansant et te bousculant dans tous les sens. Cela fait quand même dix minutes que je rêvasse ici, en écoutant la musique assise sur les toilettes. Il faudrait que je sorte. On doit certainement me chercher.

Sortie des toilettes, je m'arrête un moment pour me laver les mains et vérifier l'état de mon maquillage et de ma coiffure dans le miroir. Je ne suis pas très coquette, mais lorsque je sors j'aime quand même être présentable. Un peu de mascara et du rouge sur les lèvres est devenue mon "look". Au moment où j'allais retourner dans le bar, deux filles entrent. "Tu ne peux pas savoir à quel point je suis contente de te voir."

Mon regard se porte sur les deux blondes et un air étonné s'empare de mon visage, suivi d'un sourire. "Shelley !"

EXORDIUM.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 237
Points : 620
x âge : 26 ans
x métier : Vendeuse
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Dim 12 Fév - 12:06

L’univers n’était peut-être pas complètement contre elle, finalement. La présence de Sally, était vue comme une bénédiction, tout comme sa porte de sortie. Ce n’était peut-être pas comme ça qu’elle imaginait leurs retrouvailles, tandis qu’elle la prenait dans ses bras à son tour, mais tant pis. C’était amusant, parce qu’alors qu’elle se sentait coincée dans un trou de souris la seconde d’avant, c’était comme si maintenant, une nouvelle personnalité était en train de prendre possession d’elle, à la vitesse grand V. En même temps, comment avoir des barrières, ou même de la réserve avec Sally, qu’elle connaissait depuis toujours, si ce n’est plus. Les expressions, les mimiques, lui revinrent naturellement, sans qu’elle est même besoin d’y penser. Tout cela faisait partie d’elle, tout simplement, et de leur temps si souvent passé ensemble, que ce soit physiquement, ou par le biais de lettres. Elle n’avait pas besoin d’y aller par quatre chemins, et elle savait que Sally verrait parfaitement où elle venait en venir. Elles se frayèrent un chemin jusque dans les toilettes, où Shelley put enfin lâcher un soupir de soulagement. « Ils sont pas méchants pourtant… enfin, je crois.. ! dit-elle tandis qu’elle réfléchissait sérieusement à la question en même temps. Elle plissa des yeux pour s’habituer à la lumière beaucoup plus brusque des toilettes. Mais j’ai eu le malheur de dire que je faisais de la musique, et maintenant ils ont l’impression que je vais devenir une rock star du jour en lendemain, et qu’en claquant des doigts, je vais pouvoir claquer sur la scène de ce bar ! Elle observa son reflet dans la glace et rattrapa le noir qui coulait sous ses yeux avant de poursuivre. Le pire, c’est que j’ai l’impression qu’ils me prennent pour une imbécile qui n’a jamais tenté le coup avant, alors qu’on sait très bien que c’est plus compliqué que ça ! »

Il n’y avait rien de plus frustrant que des idiots pour vous prendre pour des idiots, et c’était un peu ce sentiment qu’elle avait. La musique, c’était son truc à elle, et il était hors de question de ne pas faire comme elle en avait envie, juste pour faire plaisir à deux trois illuminés. Elle avait débité son flot de paroles d’un coup, et peut être que l’alcool avait un peu aidé, mais ce n’était pas avec n’importe qui qu’elle était autant bavarde, et que les mots lui venaient si facilement. Preuve que finalement, c’était un peu comme si elles ne s’étaient jamais quittés, ou en tout cas, qu’elles reprenaient les choses, là où elles les avaient laissés. Elle allait lui retourner la remarque, quand elle se fit interpeller. D’abord inquiète à l’idée qu’il puisse s’agir d’une de ses collègues, son visage s’éclaira, lorsqu’une chevelure rousse qu’elle connaissait bien aussi entra dans son champ de vision. Elle qui avait peur de se sentir seule ce soir, en fin de compte, elle ne pouvait pas être mieux entourée. « Murphy, tu es là aussi ? Tout de suite, sans qu’elle ne puisse vraiment mettre le doigt dessus, elle se dit que quelque chose n’allait pas. C’était un contexte dans lequel elle n’avait pas l’habitude de trouver Murphy, et elle le savait bien. Je viens justement aussi de retrouver mon amie Sally, révéla t-elle en la lui présentant, avec un sourire encourageant. S’il arrivait à Shelley d’être sur la défensive dans un terrain inconnu, avec des gens tout aussi inconnu, Murphy était largement au niveau au dessus du sien. Tu es venue avec des amis ? Elle grimaça. Je me suis faite embarquer par mon équipe au magasin, je ne sais absolument pas comment m’en débarasser… » mais maintenant qu’elles formaient un trio d’enfer, il n’y avait pas de doutes qu’elles allaient trouver un plan B !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 19/12/2016
Messages : 189
Points : 108
x âge : 30 ans
x métier : professeur des écoles + tient une chaîne youtube reconnue basée sur la culture musicale
x statut : boucheur de trous professionnel *wink wink*

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Dim 19 Fév - 10:04

Amber sur ce tabouret, c’est comme la preuve que je ne me suis pas trompé : j’ai bien fait de bouger mon fessier jusque Camden ce soir. Comme à mon habitude, rien que reconnaître sa chevelure d’ébène provoque une salsa endiablée dans tout mon corps et oui, je dois l’avouer, j’ai dû fermer les yeux et respirer un bon coup avant de réussir à m’approcher d’elle. Pourtant, tout a déjà capoté une fois. Et puis, il y a sa chose qu’elle ne lâche plus depuis un an déjà. De quoi me vacciner… et pourtant, je n’ai jamais réussi à lâcher prise. Quel imbécile je fais.

Je ne comprends pas tout de suite qu’elle ne va pas bien. Au premier regard, j’aurais pu le deviner, mais mon euphorie de la trouver ici prends le pas sur tout le reste. « Ca fait un moment », dit-elle. Et en moi-même, j’ai envie d’ajouter « une éternité ». Quelques semaines tout au plus, certes, mais elles me semblent à présent être passées à une lenteur abominable.

Je ne pense plus du tout à scruter les environs lorsqu’elle me propose de m’asseoir. Avec une petite courbette ridicule, j’accepte sa proposition :

- Merci d’accepter de me supporter, je souffle avec un rictus amusé.

Prenant place sur ce tabouret, accoudé au bar, c’est là que je tourne réellement la tête vers Amber et que je remarque l’air peu joyeux qu’elle arbore. Le problème, c’est que je ne sais pas : est-ce que je lui demande ce qui la tracasse ou pas ? Est-ce qu’elle veut que je lui demande ce qui la tracasse ? Est-ce qu’elle serait vexée si je ne lui demandais pas ? Mon dieu, les femmes sont compliquées. Et moi, j’ai l’art de me compliquer la vie plus que de raison. Je n’ai pas pu en placer une que la barmaid me demande ce que je bois et je suis presque heureux de ce court instant de répit :

- Une simple bière.

Parce que je refuse de finir par terre avec une Amber qui s’enfile un cocktail. Je sais qu’elle marche aux softs. Si elle continue sa soirée comme ça, il y a de fortes chances qu’elle ait besoin d’un peu d’aide.

- Qu’est-ce qui t’amène ici ? je finis par demander. Te voir seule dans un bar est une chose plutôt rare, si je peux me permettre.


_________________

nobody seems that bothered in the end ∆
and when nothing makes much sense oh, well, the internet is here with some easy answers dear. And my online life is oh, so in love, so in love, so in love.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Jeu 9 Mar - 21:15



- Supporter... répète la sorcière, un vague sourire étirant ses lèvres. Ce n'est pas vraiment comme si je devais te supporter j'imagine, ajoute Amber en touillant dans son cocktail, faisant claquer les glaçons contre le verre.


Ezra a toujours été comme ça. Délicat. La jeune femme n'a pas d'autres mots, il a toujours fait attention à ses paroles et à ses actes. Avec la demoiselle, en tous cas. Amber sait parfaitement pourquoi, le moldu est... Disons : intéressé, sûrement. Mais ça n'a jamais mené à rien. Peut-être parce que lui et la sorcière refoulée viennent de monde totalement différents. Elle n'y a jamais réfléchi. Et en y pensant bien, un cracmol est dans tous les cas la meilleure des solutions pour oublier la solitude: ni vraiment sorcier, ni vraiment moldu.

Le jeune homme commande une bière. Et il faut quelques secondes à Amber avant de se sentir complètement ridicule. C'est une sorte de bière au beurre... Sans le beurre. Les moldus en boivent tout le temps, partout. Et ça ne lui est même pas venu à l'esprit. C'est tellement plus simple de dire bière que "Sex On The Beach", pourtant. Quoi qu'il en soit, il est trop tard. La demoiselle porte donc le verre à ses lèvres et boit à nouveau une longue gorgée. Elle n'a pas vraiment envie de trop réfléchir ce soir. Elle veut juste oublier la raison qui l'a amenée ici. Qui se trouve exactement être la réponse qu'Ezra attend. Amber le regarde un moment, lui et sa bière à la main, hésitante. Être sincère ou tout garder pour elle ? La solitude, la tristesse et l'alcool qui commence à couler dans son sang mettent rapidement fin au dilemme.

- Lazarus est occupé, lâche-t-elle en buvant une autre gorgée. Tu sais, son père est... Ça ne va pas mieux, et ils avaient besoin d'une soirée entre hommes, explique-t-elle dans un premier temps. De mon côté j'aurais bien fait une soirée entre filles avec ma mère mais...

Un rire nerveux lui échappe. La sorcière se sent complètement ridicule. Elle parle trop. Mais c'est probablement cette stupide boisson moldue. Ce truc a l'air beaucoup plus fort que ce qu'elle a l'habitude de boire. Les barrières s'envolent, les paroles se perdent. Et puis alors ? Dans tous les cas son père sera déjà couché lorsqu'elle rentrera, et il ne dira rien. Il ne dit jamais rien. S'il y a une soirée où Amber peut se permettre une folie, c'est bien aujourd’hui.

Subitement, la tristesse reprend possession de son regard brillant. La jolie brune laisse son esprit vagabonder un instant. Et son père ? Est-ce que lui aussi... Il y pense ? Peut-être qu'il est seul à la maison, essayant de chercher le sommeil dans un lit désespérément vide. Ce n'est rien. Même si c'est le cas, il ne dira rien. Ils feront chacun comme si de rien n'était.

Et aller ! Solitude, tristesse et culpabilité maintenant. Comme si de base, ne simplement pas avoir le moral n'était pas suffisant pour Amber. Non Merlin ! Une couche en plus, tant qu'à faire, elle n'est plus vraiment à ça. Foutue pour foutue, autant être mal pour de bonnes raisons. Des vraies. Le genre bien déprimants que l'on évoque seulement les jours où l'alcool coule à flot et dilate le sang, ré-ouvrant un peu les cicatrices mal fermées.

- Ça fait huit ans aujourd’hui, pour maman. Lazarus n'y a probablement pas pensé, mais son père va peut-être disparaître alors je ne vais pas lui en vouloir. Puis le mien, tu sais bien, il ne parle pas, alors il est tout seul à la maison. Un instant de silence passe avant qu'Amber ne plonge ses yeux dans ceux du jeune homme. Et moi je suis là, à t'affliger de ces idioties, conclut-elle. Un peu triste occasion pour découvrir le Pandora... Excuse-moi, c'est complètement ridicule, ajoute la sorcière en agitant lentement la tête de droite à gauche.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 19/12/2016
Messages : 189
Points : 108
x âge : 30 ans
x métier : professeur des écoles + tient une chaîne youtube reconnue basée sur la culture musicale
x statut : boucheur de trous professionnel *wink wink*

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Dim 12 Mar - 18:45

- Tu me rassures, je souris légèrement.

Je sais qu’elle m’apprécie, peut-être pas aussi fort que mes sentiments pour la demoiselle, mais je serais bête de croire qu’elle ne m’apprécie pas un tant soit peu. Ça rend les choses bien plus difficiles, cependant. Sans savoir si elle est au courant de ce que je ressens, elle me fait toujours comprendre que je suis de bonne compagnie. Signes que j’interprète souvent mal, paradoxalement encore plus depuis qu’elle est avec son truc que j’ai du mal à appeler par son prénom – premièrement parce qu’il s’agit vraiment d’un prénom ringard et tiré par les cheveux, et ensuite parce que je ne le supporte pas, mais je tente de jouer la comédie pour faire plaisir à Amber. J’aurais peut-être préféré, après coup, qu’elle décide de couper les ponts. Et d’un autre côté, rien que cette pensée me pince le cœur.

Je finis par voir qu’elle ne va pas bien. Et c’est compliqué parce que je ne sais pas comment réagir face à cela. J’ai envie de lui poser la question et aussi de la faire rire, mais je ne sais pas si ce serait bien vu de sa part, et puis je me sens tellement nul lorsque je ne suis pas derrière une caméra, alors lui arracher un sourire…

Je décide d’y aller prudemment, lui demandant ce qui l’amène dans un bar. Qu’elle boive me surprend, elle qui n’a jamais touché un verre d’alcool en ma présence. Et je pense la connaître assez pour me douter que ce n’est pas normal. Voilà pourquoi j’ai décidé de ne pas trop boire ce soir… Protéger Amber. L’empêcher de faire n’importe quoi. La ramener chez elle en cas de besoin.

Ma bière arrive en même temps qu’elle m’explique. Son Lazarus m’énerve. Il pourrait avoir les meilleures raisons du monde de ne pas s’occuper de sa petite amie, il m’énerverait encore, et je réprime un soupir et termine avec une grimace ennuyée à l’évocation de sa maman, décédée depuis un bon moment. Je crois que j’ai toujours connu Amber orpheline d’une mère. Ma main vient se poser sur son avant-bras. J’ai envie de la serrer dans mes bras, vraiment, c’est une pulsion que je dois combattre de toutes mes forces pour ne pas la choquer. Je me contente de lui serrer doucement le poignet :

- Je ne suis pas une fille, tu sais, mais je veux bien passer la soirée avec toi. Si ça peut te changer un peu les idées…

Une gorgée de bière pour Ezra. Je suis trop… trop trop, avec elle. Pourtant, plus je parle, plus elle semble triste, et elle finit par révéler les raisons de son mal-être. L’anniversaire de sa mort. À sa maman. J’ai du mal à imaginer. Mes deux parents sont encore bien là, et je dois avouer que nous sommes tous les trois des espèces d’handicapés des sentiments entre nous. On se voit rarement, ça nous fait plaisir et on n’a pas besoin de plus. Et je n’ai jamais vraiment eu d’instants complices avec eux. Juste parce que tous les trois, nous sommes… réservés. Entre nous. Ça nous a toujours convenu comme ça.

Je lance un sourire à Amber, léger, déterminé à lui changer les idées ce soir.

- Tu n’es pas ridicule et ce ne sont pas des idioties. L’idiotie, c’est de t’excuser pour ça, Amber.

La musique joue toujours un air entraînant et j’ai envie de faire l’idiot. N’importe quoi pour ses beaux yeux. Mon dieu, je suis complètement gaga. Je me lève et la prend par un bras, l’invitant à se lever à son tour :

- Voilà ce que je te propose : tu cesses de t’empoisonner avec cette merde, ensuite…


Quelle ironie, venant d’un alcoolique de base. Mais ne relevons rien.

- Ensuite, toi et moi, on va réellement faire des idioties. Je refuse de te voir aussi triste et je suis certain que ta mère ne voudrait pas te voir dans un état pareil non plus.

Un coup d’œil vers le groupe devant lequel plusieurs personnes s’amusent et dansent et je tente de l’entraîner, espérant qu’elle comprenne où je veux en venir :

- Chiche ?

_________________

nobody seems that bothered in the end ∆
and when nothing makes much sense oh, well, the internet is here with some easy answers dear. And my online life is oh, so in love, so in love, so in love.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 237
Points : 620
x âge : 26 ans
x métier : Vendeuse
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Lun 7 Aoû - 20:06

Shelley quitta sans grande conviction sa cachette secrète qu’était les toilettes, après un rapide coup d’œil dans son reflet d’un des miroirs. On ne pouvait pas dire qu’il respirait la confiance en soi, mais il n’y avait plus grande chose qu’elle ne puisse faire. Enfin. Lui avait bien traversé à l’esprit de quitter l’endroit sans dire au revoir à personne, et filer à l’anglaise, comme le voulait la tradition. Mais d’une part, c’était malpoli, et elle n’était pas sûre d’aller au bout de cette entreprise sans culpabiliser. C’était malheureusement beaucoup plus difficile lorsque les gens qu’elle cherchait à fuir n’était autre que ses collègues de travail, qu’elle serait par conséquent contrainte de retrouver le lendemain. Elle poussa un long soupir, comme pour se donner du courage, peu certaine de l’efficacité du geste.

Il fallait néanmoins qu’elle élabore une stratégie. Le plus raisonnable, c’était de prétendre avoir une migraine – l’alcool n’était pas censé aider en plus, l’excuse était excellente – payer et abandonner les lieux. Et surtout, tout faire pour que de pareilles circonstances ne viennent pas à se reproduire. Sympathiser avec les gens du boulot, c’était définitivement une mauvaise idée. C’est en se glissant entre deux personnes, qu’on la héla, au niveau du comptoir. Machinalement, elle tourna la tête dans cette direction et le regretta très vite, quand elle réalisa que c’était une autre des vendeuses, apparemment en grande discussion avec ce qui s’apparentait comme… la barmaid, la boss de l’endroit ? Shelley serra les dents. Pourquoi est-ce que les autres ne pouvaient pas se mêler un peu de ce qui les regardait, hein, au lieu de s’occuper de ses affaires ? Je suis là, s’annonça t-elle, en priant pour que la serveuse ne l’écoute pas, l’ignore, et puis l’oublie. Je discutais avec la gérante, sa première interlocutrice en profita pour lui lancer un regard significatif, en mode, heureusement que je fais les choses pour toi, espèce d’incapable (alors que Shelley ne lui avait rien demandé, sérieusement !) elle m’a dit qu’elle était toujours à la recherche de nouveau talent, tu devrais discuter avec elle ! La blonde adressa un maigre sourire à la femme, tout en replaçant une de ses mèches de cheveux derrière les oreilles. Elle détestait l’idée que sa collègue puisse penser que si elle venait à chanter sur scène, ici comme ailleurs, c’était potentiellement grâce à elle. Ou parce que Shelley était trop cruche pour se débrouiller toute seule… heureusement dans son malheur, son « amie » prétexta son verre à terminer à leur table et les abandonna rapidement. Parfait. Au moins, si elle devait être couverte de honte, elle n’aurait aucun témoin. Désolée, hmm je ne lui avais pas demandé d’aller poser la question, enfin, je ne sais pas trop ce qu’elle a pu raconter du coup… je fais un peu de musique, c’est pour ça, j’imagine qu’elle a voulu aider, mais ce n’est pas une obligation ! Elle sentit ses joues s’empourprer, se sentant idiote à la perspective d’être incapable de tenir une discussion convenable avec une inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 98
Points : 56
x âge : 30 ans
x métier : Propriétaire du Pandora
x statut : Sorcière Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Mar 8 Aoû - 21:40

La danse, Powame adore ça. Oui c'est approximatif, certes. Mais pour peu que l'on soit désinhibé et qu'on se laisse guider par la musique au rythme de nos envies, tout de suite le rendu n'est pas le même. Une règle primordiale : il est interdit de se forcer. Sinon ça se voit. Et pour l'amour propre c'est la cata. Et on rentre dans une spirale infernale. On danse, mais on n'aime pas ça, on se sent mal, on déteste encore plus danser. Jusqu'à qu'on ne danse plus du tout.

Heureusement que c'est loin d'être le cas pour Powame ce soir. Simplement au bout d'un moment, il fait chaud, très chaud. Surtout quand la personne qui fait office de partenaire danse est si… Chaud. Bref il lui fallait une pause. Powame abandonna la piste avec un sourire d'excuse et se dirigea vers le bar. Elle répondit à quelques commandes tout en buvant discrètement sa citronnade avec glaçons. Le tout bien sûr sans alcool. Il fallait garder la tête sur les épaules ce soir.

Elle se fit interpeller sur le côté du bar par une jeune femme.

« Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? » demanda Powame en s'approchant.

La jeune femme lui expliqua qu'elle avait une amie musicienne dont le style pourrait correspondre à la boite. Les yeux de Powame s'illuminèrent.

« Vraiment ? Tu penses qu'elle serait intéressée par le Pandora ? Tu peux lui donner mon numéro ? J'aimerais beaucoup la rencontrer, il faut dire que je suis toujours à la recherche de nouvelles têtes… Elle a déjà chanté où ? »

La jeune femme se retourna et regarda autour d'elle, un peu paniqué, ne pouvant donner de réponses aux questions posées. Puis elle cria quelque chose à travers la foule.

Une jolie blonde arriva, l'air un peu embêtée. Powame la détailla discrètement et remarqua que la femme avait un charme certain.

« Désolée, hmm je ne lui avais pas demandé d'aller poser la question, enfin, je ne sais pas trop ce qu'elle a pu raconter du coup… je fais un peu de musique, c'est pour ça, j'imagine qu'elle a voulu aider, mais ce n'est pas une obligation ! »

« Aucun problème ! Comment tu t'appelles ? Il faut qu'on s'échange nos numéros de téléphone. »

Elle tendit ton portable à la jeune femme pour ainsi qu'elle s'enregistre directement dedans.

« Tu fais quel type de musique exactement ? »

Normalement, cela ne posait pas trop de problèmes car l'ambiance du Pandora changeait assez facilement même si les soirs de weekends étaient plus rythmés et dansés que les autres soirées de la semaine.

Powame se demanda si la jeune fille était une moldue ou une sorcière… Si elle était une sorcière, elle était forcément au courant de la particularité du lieu et elle devait se douter que la patronne en était une également. Peut-être en lançant une allusion subtile (bien que la subtilité de fasse pas parties des aptitudes habituelles de la métisse)…

« Et tu fais quoi dans la vie à côté de la musique ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 237
Points : 620
x âge : 26 ans
x métier : Vendeuse
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Dim 20 Aoû - 18:06

Shelley était partagée entre l’envie de filer sans demander son reste, et en même temps… se produire autre part que dans le tube londonien, est-ce que ce n’était pas ce qu’elle avait toujours voulu aussi ? Ok, ça ne se passait pas comme elle le désirait, et ce manque de contrôle la faisait clairement flipper, mais bon, être devant le fait accompli ne lui laissait pas vraiment le choix. Son interlocutrice ne s’offusqua absolument pas et poursuivit avec une sympathie toute particulière, qui aida la blonde un peu plus à l’aise, bien qu’elle eut un petit temps de battement, avant de tapoter sur l’écran du téléphone que la gérante venait de lui transmettre. Est-ce que c’était vraiment en train de se passer ? Voilà le nom c’est Shelley Prescott, dit-elle en terme de présentation quelque peu maladroite. Elle rendit le smartphone à l’intéressée. Clairement, elle n’était pas dupe, il y avait de grandes chances que cette histoire n’aboutisse nul part. On était pas dans un film où la fille devient une chanteuse célèbre de rock n’ roll par la plu belles des opportunités. Et puis d’un autre côté, ce pessimisme récurrent ne lui était d’aucun secours. Si elle n’essayait pas c’est vrai quoi, comment savoir ? Je fais de la folk essentiellement, la plupart du temps je m’accompagne de ma guitare. Je fais des reprises aussi, expliqua t-elle, dans le même état d’esprit. Vu l’ambiance qu’il régnait ce soir, elle n’était pas forcément persuadée que cela puisse convenir, et pourtant sans s’en rendre compte elle se mit à… espérer.

Aussi, elle prit vraiment son courage à deux mains cette fois ci et s’installa sur l’un des sièges du bar – c’était plus confortable pour discuter. Bon bah, je vais en profiter pour prendre une bière, demanda t-elle au passage. Elle ne voulait pas non plus avoir l’air d’une opportuniste. De toute façon, discuter avec la propriétaire du Pandora était mieux qu’écouter ses collègues de travail se plaindre des clients du jour. Oh, je bosse comme vendeuse, expliqua t-elle. Histoire d’avoir un peu de temps à côté. Pas vraiment ma vocation. C’est le magasin Zara sur Oxford Street, autant dire qu’il est toujours blindé. Consciente que sa petite vie banale n’avait sûrement rien de passionnant, elle préféra changer de sujet. En tout cas, je ne connaissais absolument pas cet endroit, c’est ouvert depuis longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 98
Points : 56
x âge : 30 ans
x métier : Propriétaire du Pandora
x statut : Sorcière Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Dim 27 Aoû - 16:17

Du folk, c'était parfait. A vrai dire Shelley – puisque c'était son nom – aurait pu jouer du blues ou du country, ça aurait plus à Powame étant donné sa recherche de diversification.

La blonde s'installa sur un des tabourets du bar et Powame l'imita, c'était une bonne idée, ses talons commençaient à la faire souffrir.

« Bon bah, je vais en profiter pour prendre une bière »

« Je te l'offre, c'est la moindre des choses, Emily ! Tu veux bien nous mettre une pression s'il te plait ? »

La barmaid hocha la tête signe qu'elle l'avait entendu tout en continuant sa préparation de cocktail.

Powame n'avait pas terminé sa citronnade et, tout en écoutant la jeune musicienne, elle attrapa la paille du bout de ses lèvres et en prit une gorgée rafraichissante. Oui, faire vendeuse dans un magasin aussi populaire que le Zara de Oxford Street ne devait pas être de la tarte… Powame pouvait tout à fait envisager le manque de respect ou les engueulades qu'on pouvait se prendre en pleine figure fraichement le matin. Sans parler des jours de solde.

« En tout cas, je ne connaissais absolument pas cet endroit, c'est ouvert depuis longtemps ? »

Powame ne savait pas si Shelley était sorcière ou moldue… Elle ne l'avait pas vue s'approcher du rideau repousse moldu, mais elle ne surveillait pas les allées et venues de tout le monde chaque soirée, encore heureux ! Ne donner que la version moldue de la création du lieu tout en restant floue était sa meilleure option.

« Oui, il a quelques années. Les débuts ont été difficiles je ne te le cache pas, mais à présent les choses sont devenues plus stable avec pas mal d'habitués. Le bouche à oreille a fait son effet. Je ne suis pas mécontente de ce qu'est devenu le tout. »

« Mais parlons business, tu aimerais venir chanter, jouer ici ? Il faut qu'on se prévoit une date pour que j'entende ce que tu as à proposer. »

Tout de même, il ne fallait pas que le premier jojo venu monte sur la scénette de son Pandora, ce n'était pas une scène ouverte et il fallait un minimum de talent et après tout, Powame ne connaissait pas la blonde.

Emily posa à côté d'elles la bière pression fraiche avec un léger « Et voilà Powame. » Puis reparti aussi sec tant pour retourner à cette grosse soirée de travail que pour ne pas se voir souligner sa légère insolence. Powame secoua la tête en souriant.

« Ensuite, nous pourrons convenir d'un pourcentage des recettes, l'idée est que le concert est gratuit, mais chaques consommations te rapporte. Ça peut aller de 10% à 30% suivant ton niveau de popularité… »

La jeune patronne espérait ne pas faire fuir la jolie blonde en lui parlant directement de chiffre d'affaire… Mais c'était son bébé, il ne fallait pas le faire couler, même si les temps étaient plutôt cléments pour le moment et qu'une nouvelle artiste n'allait certainement pas faire couler cette boite. Bien au contraire.

« Que penses-tu de tout cela ? »

Powame leva sa citronnade au niveau de ses yeux dans une invitation à trinquer avec elle.


Dernière édition par Powame Adams le Lun 4 Sep - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 237
Points : 620
x âge : 26 ans
x métier : Vendeuse
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Lun 4 Sep - 17:22

Shelley se vit un instant refuser la boisson gratuite… oh et puis après tout, pourquoi pas ? Si Powame le lui avait proposé, alors qu’en plus c’était elle la gérante de ce bar, il n’y avait aucune raison pour faire la fine bouche. Cette dernière lui raconta d’ailleurs la petite histoire du lieu avant de revenir au sujet principal de leur discussion, et de nouveau, elle se sentit sur le qui vive. Elle voulait absolument avoir l’air un minimum professionnel, et ne pas passer pour la première blondinette venue, avec des paillettes et des étoiles pleins les yeux, prête à se prendre pour la prochaine Taylor Swift. Elle souhaitait montrer qu’elle savait ce qu’elle faisait sauf que… elle était en roue libre complet, et essayait tout juste de se raccrocher aux branches. Elle espérait juste que Powame ne s’attarderait pas trop à ce manque d’assurance qui pourrait la faire changer d’avis. Parce qu’au fond, elle savait qu’elle en était capable, et puis est-ce que ce n’était pas ce qu’elle avait toujours voulu. Elle ne pouvait absolument pas laisser passer cette chance. Oui, j’ai des disponibilités, mardi, ou jeudi de la semaine prochaine, se sont mes deux jours de repos. Dans sa tête elle réfléchissait déjà la la liste des chansons qu’elle allait pouvoir lui proposer pour son audition, elle voulait en présentait certaines de sa création, évidemment, mais elle savait que les gens adoraient entendre des chansons qu’ils connaissaient par cœur, et qui passaient toujours bien lors des soirées, elle ne pouvait pas faire l’impasse sur quelques covers.

Elle eut un petit sourire de remerciement à l’attention de la serveuse et glissa la pinte de bière vers elle, pour s’en servir une gorgée. Powame aborda alors un sujet auquel elle n’avait, de façon idiote il faut dire, pas vraiment songé : l’argent. Elle lui avait signalé dès le départ une rémunération, ce qui était plus qu’espéré. Maintenant qu’elle entrait dans les détails, elle n’avait pas d’idée précise de ce à quoi il fallait qu’elle s’attende. Accepter sans demander son reste ? Demander à réfléchir de son côté ? Elle était totalement restée dans le flou jusqu’au présent pour la bonne et simple raison que l’opportunité ne s’était pas présentée. C’était malin. Ca me semble bien… si jamais, on pourra en rediscuter à ma prochaine visite, lorsque je te proposerais mes chansons. Couper la poire en deux, c’était exactement ça qu’il fallait faire. Je vais en préparer plusieurs, pour avoir une vision d’ensemble, et varier les contenus. C’est jouable ? L’excitation était grandissante. Est-ce que Powame allait réaliser ses rêves ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 98
Points : 56
x âge : 30 ans
x métier : Propriétaire du Pandora
x statut : Sorcière Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Lun 4 Sep - 21:21

« Ça me semble bien… si jamais, on pourra en rediscuter à ma prochaine visite, lorsque je te proposerais mes chansons. Je vais en préparer plusieurs, pour avoir une vision d'ensemble et varier les contenus. C'est jouable ? »

« Parfait pour moi ! »

Mais toute de même, quelque chose chiffonna la métisse.

« Tu sais, si tu as l'occasion de te produire quelque par, dans les jours à venir, n'hésite pas à m'envoyer l'adresse comme ça je ferais le déplacement et ça me permettra de te voir… en milieu naturel si je puis dire. »

Effectivement il était parfois difficile pour certaines personnes de passer des auditions froides et sans reliefs, sans ambiance ni publique… Et Shelley pouvait tout à fait être de ces gens-là, vu la gêne qui commençait à transparaitre dans ses tics gestuels.

Powame n'était pas spécialement intéressée par une production où l'artiste serait mal à l'aise, concentré sur sa présence, à ne pas montrer ce qu'elle vaut réellement lorsqu'elle est dans le feu de l'action. Ce n'était pas intéressant pour Powame de lui proposer une telle chose. Trop artificiel. Mais et si Shelley n'avait aucune représentation dans les jours qui viennent ?

« Bien sûr, si tu n'as rien de prévus dans les deux semaines, on fera ça ici au calme. Mardi matin par exemple ? »

Elle lui sourit espérant qu'elle ne la ferait pas fuir avec ses demandes qui pouvaient lui sembler incongrues…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/11/2016
Messages : 237
Points : 620
x âge : 26 ans
x métier : Vendeuse
x statut : Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Mer 13 Sep - 16:21

Pour éviter d’avoir à répondre immédiatement, Shelley en profita pour se noyer dans sa pinte de bière, lorsque Powame lui proposa d’éventuellement la voir sur scène… ailleurs. Comment lui dire qu’elle ne se produisait pas ? Enfin… Oui là où elle le pouvait, mais ça n’incluait généralement pas de salle de spectacle. Elle se sentit pris au piège. Sentiment étrange, puisqu’elle n’avait rien à cacher car elle n’avait jamais prétendue être une rockstar. De l’autre côté, elle se demanda si admettre à la brune qu’elle restait inexpérimentée ne la ferait pas changer d’avis. Impossible de toute façon de s’en sortir avec un mensonge, et puis même. Elle était piètre dans ce domaine, nul doute qu’elle n’aurait aucun mal à se faire prendre aussitôt la main dans le sac. Je chante dans la rue ou dans le métro pour l’instant, on ne peut pas dire que ce soit le lieu le plus idéal… admit-elle finalement. De toute façon, pour l’instant il ne s’était encore rien passé. Si on réfléchissait de la sorte, qu’est-ce qu’elle avait à perdre du coup ? Il fallait qu’elle se ressaisisse, et vite maintenant. On avait encore jamais vu de star de la musique manquer d’assurance et passer pour une courge. Si elle ne montrait pas un minimum qu’elle en avait envie et que c’était son rêve le plus précieux, elle ne risquait pas d’aller très loin. C’est pour ça que venir ici, ça ne me dérange pas. Forcément que c’était un peu intimidant comme c’était la première fois qu’elle se prêtait à l’exercice, en même temps, ça ne pouvait être qu’une bonne expérience. Tout du moins, c’est ce qu’elle se répétait. Mardi matin, pas de problème, affirma t-elle avec un sourire qui se souhaitait plus engageant que tous les autres. Le stress était là, mais elle avait plusieurs idées en tête, et elle avait hâte de pouvoir répéter ses musiques à l’aide de sa guitare.

Elle finit de terminer son verre, et quitta son siège, montrant de cette façon qu’elle était sur le départ. Je pense qu’il est temps pour moi d’y aller. Powame, je te remercie encore pour ta proposition, et j’espère qu’on fera une prochaine collaboration ensemble. Ces mots lui parurent bizarres sortant de sa bouche, mais elle choisit de les assumer quand même. Elle n’était pas du genre à laisser passer sa chance, ah non, certainement pas. Qui sait, peut être que dans quelques semaines, se serait-elle une des nouvelles chanteuses du Pandora ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 05/01/2017
Messages : 98
Points : 56
x âge : 30 ans
x métier : Propriétaire du Pandora
x statut : Sorcière Célibataire

MessageSujet: Re: Would you like to open the Pandora's box?   Ven 15 Sep - 19:34

Powame sentit la gêne chez la jolie blonde. Voilà ce qui arrive à force de chipoter sur tout ! Lorsque la barmaid comprit ce qui dérangeait la blonde

« Ah mais ne t'inquiètes pas, j'ai toujours entendu dire que la rue était le meilleur lieu pour se former. Je crois que c'est en rapport au publique qui n'est pas forcément attentif ou bienveillant. Quelque chose comme ça » se remémora la métisse.

C'était une bonne chose pour Shelley et c'était peu impactant pour le Pandora, il s'agissait d'une nouvelle personnalité dans le milieu musical, cela pouvait s'avérer très prometteur. De toute façon enétait que pour le moment amatrice, c'était difficile de déjà se produire régulièrement dans des salles. Là il y aurait un salaire à la fin de la soirée, un salaire plus tangible que celui aléatoire des espaces publics c'était certain.

« Oui, fixons ça pour mardi, je le mettrais dans mon agenda. Disons 10h ici ! »

Powame allait surtout se mettre un réveil pour ne pas oublier l'horaire. Elle avait vraiment hâte d'entendre ce qu'avait dans le ventre Shelley. C'était une opportunité à ne pas louper pour le Pandora.

« C'était un plaisir de te rencontrer ! Passe une bonne soirée ! » Dit Powame en la serrant contre elle avant de la laisser partir.

Il fallait admettre que cette soirée semblait particulièrement riche en rebondissement. C'était vraiment inespéré. Elle regarda le numéro de téléphone laissé dans son mobile. Elle enregistra le nouveau contact. Prescott Shelley. Puis envoya un petit texto. « Coucou, c'est Powame du Pandora, on se voit mardi ! » Puis se retourna vers Emily.

« Youhouuu ! T'as entendu ? On va peut-être avoir une nouvelle tête sur la scénette du Pandora ! Il faut qu'on fête ça, tu nous sers deux shooters caramel ? »

Elles trinquèrent ensemble à la prospérité du Pandora et la soirée reprit son cours…
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

Would you like to open the Pandora's box?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Eur'open Bowl 16 et 17 octobre 2010 Anglet (64)
» Is it necesary open any port in my Internet router?
» 2ème Open d'Alsace le 12 février 2011
» Open Nab
» Dernier appel pour le Dutch Open

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: camden :: Le Pandora
-