Bienvenue sur . Glitch of magic ! si vous n'avez pas d'idées de personnage, nous avons créé un petit guide pour aider à la l'intégration de vos personnages inventés dans le contexte de Glitch. N'hésitez pas à réclamer des rp aléatoires !!! Nous manquons également de moldus, faîtes un tour du côtés des oubliés ♥ .

 

 I lost control along the way (Nora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 08/01/2017
Messages : 53
Points : 45
x âge : 28 ans
x métier : Psycho en puissance
x statut : Sorcier

MessageSujet: I lost control along the way (Nora)   Mar 25 Juil - 20:26

Chemise blanche, pantalon noir, Artyom Dolohov arpente les rues de Camden ce soir-là. Il ne sait pas pourquoi il est là dans cette rue bondée de moldu, une simple pulsion le poussant à chasser une autre victime, ses vieux démons toujours très présent. Son regard noir se porte sur une affiche publicitaire sur le trottoir en face de lui. Une grande image montrant des acteurs d'une célèbre pièce de théâtre pour le monde moldu. Cette simple affiche a le don de le dégoûter. Il en a entendu parler, évidemment, vu que le ministère à peur pour le secret sorcier. Mais cette pièce, même si elle est inintéressante pour le fait de révéler le secret sorcier et créer la peur chez les moldus, l'histoire n'est pas vraiment au goût d'Arty. Il déteste la famille Potter et tous leurs amis qu'il considère comme des traîtres à leur sang. Ne parlons même pas de la soi-disant fille de Voldemort. Il se résigna, frustré, à ne pas faire exploser en fumée ce panneau et à passer son chemin. Il reviendra avec Charis un soir pour laisser sa frustration s'exprimer totalement.

Le brun pense alors, à Charis, sa sœur adoptive, il se dit qu'il peut passer la voir ce soir lors de son service dans le bar où elle travaille. Elle lui offrirait sûrement un verre de whisky pur feu. Arty heurte alors violemment quelque chose. Avec le choc, il recule de quelques pas et découvre avec colère ce qu'il a percuté. Un moldu, un être inférieur, des parasites, qui n'égale même pas les elfes de maison à ses yeux. Artyom n'est pas en accord avec le gouvernement mis en place, il faudrait laisser les moldus vivre tranquillement ? Alors, qu'ils sont insignifiants et répugnants. Il ne l'entend même pas commencer à pester, il se fiche bien de ce qu'il peut lui dire, il les déteste tous quel qu'il soit, il l'attrape simplement avec violence par le col de son t-shirt et lui plante vivement sa baguette dans le cou. Un rictus sadique s'affiche sur son visage. Ses lèvres sont prêtes à prononcer le mot qui tordra le moldu de douleur, endoloris. Un doux son qu'il s'entend encore prononcer lorsqu'il a séquestré et torturé une rousse rencontrée dans un bar moldu. Cette fille avait eu la chance de son côté et avait échappé aux griffes d'Artyom. Artyom déclenche alors autour de lui une vague d'effroi et d'excitation. Un rassemblement se forme, comme ci ce n'était qu'un simple spectacle. Certains sortent leurs appareils de communication. Le moldu n'a pas l'air très rassuré, mais essaye de ne pas perdre la face en ricanant et en lui demandant ce que c'était son bâton chelou. Sa colère, prête à exploser, il ressert son étreinte. Les yeux de sa victime ne montrent maintenant que de la peur et de la douleur. Comme les yeux de ses autres victimes, chassées, ou alors trouvées au détour d'un chemin, en général des femmes. Il se fait un plaisir de les torturer et pour finir de les tuer.

Puis, il relève les yeux de sa prochaine victime et croise ceux d'une brune un peu plus loin. Nora est là, le transperçant de son regard glacial. Elle sait le calmer en un instant, lui dire les mots justes qui lui feront revenir à la raison. Comme il le sait, ce n'est pas bon. Il le sait, il est surveillé par le ministère dû à ses anciens agissements. L'argent pourra certainement encore le sortir de prison, mais pour encore combien de fois ? Il ne faut pas qu'il soit impulsif, il faut qu'il l'écoute. Celle qui est à ses yeux la fille de Lord Voldemort, il l'admire et la respecte. La brune lui a donné une cause, lui a même choisis des victimes et il lui en est très reconnaissant. Il le sait ses accès de colère ne font pas avancer la cause dans laquelle il s'est engagé. Il relâche son emprise du garçon, tout en profitant pour lui subtiliser son porte-monnaie et ranger sa baguette. Il n'est pas en recherche d'argent, mais d'une carte d'identité. Artyom décide que ce ne serait pas la fin de son calvaire
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/12/2016
Messages : 275
Points : 163
x âge : 29 ans
x métier : libraire de l'allée des embrumes
x statut : sorcière, imposteur, empruntant ses origines à celles de Voldemort à grands coups de fourchelang

MessageSujet: Re: I lost control along the way (Nora)   Lun 14 Aoû - 10:05

Dolohov est encore en train de déconner.

Je l’apprends au détour d’une allée londonienne alors qu’une moldue reçoit un texto qui, en plus de la chambouler, se sent obligée de montrer la vidéo qui va avec à toute la rue, environ. Disons plutôt qu’elle trouve ces artistes de rue absolument géniaux, les effets spéciaux sont incroyables, et elle le hurle tellement fort à son amie qu’on ne peut que l’entendre. Et le voir, discrètement, c’est bien mon unique chance d’avoir grandi entourée de moldus : savoir comment ça fonctionne. À peu près. Un extrait en direct d’un Artyom Dolohov qui ne fait pas attention et qui semble peu se soucier de l’image qu’il renvoie, ni de pourrir à Azkaban pour le restant de ses jours, si plus personne ne lui sauvait l’arrière-train, un jour.

- Il se trouve où, ce type ? je demande sans gêne aucune à la demoiselle, le regard perçant.
- Camden ? Je crois ? C’est là que mon amie tra…

Je n’écoute même pas la suite, arrachant violemment son téléphone de ses mains frêles pour l’éclater au sol, détruisant radicalement toute trace vidéo, et je fais demi-tour sans un pardon, cherchant la première ruelle sombre et vide pour transplaner en toute tranquillité. Si Dolohov est déjà en train de torturer du moldu devant une foule alarmante, je me refuse à faire parler de moi aussi en disparaissant dans la nature en un clin d’œil, merci.

Une chose est sûre : je ne tarde pas à trouver mon homme et je suis satisfaite d’arriver à temps. Un attroupement est formé non loin de là où je me trouve et je tente ma chance. C’est bien là. Alors, je me faufile dans la foule et j’observe. J’attends qu’il me repère au milieu de ces moldus ridicules, heureusement incapables de croire une seule seconde en la véracité de l’instant, préférant saluer le talent certain en effets spéciaux d’un artiste qui mériterait de sortir de la rue, et je souffle. Je soupire, les bras croisés, piétinant le sol jusqu’au moment où son regard – enfin – croise le mien. Je le fusille du regard et il comprend. Je n’ai même pas besoin d’ouvrir la bouche – il sait qu’il n’agit pas correctement, il sait ce qu’il risque - : il range sa baguette et lâche le garçon.

- Fin du spectacle, au revoir tout le monde
, je scande, accompagnant la parole d’un geste des mains. Sauf toi, attends.

Le moldu torturé tremblote encore un peu, essayant de s’enfuir lui aussi en se fondant dans la masse. Il est le seul que je ne peux laisser partir aussi facilement – de toute façon, détruire une petite quarantaine de téléphones portables aurait été trop long et fastidieux, il n’y avait qu’à espérer que le ministère ne tombe jamais là-dessus. D’un coup de baguette, je l’assène d’un sortilège d’amnésie dont je me fiche royalement de l’efficacité, puis, je le relâche enfin, confus et balbutiant.

Ce n’est qu’à ce moment que je reporte mon attention vers Artyom, tendant la main dans sa direction en l’assenant d’un regard noir :

- Le portefeuille, Artyom. Complet.

Je sais mon emprise sur lui. J’en joue et j’aime en jouer encore plus, me sentant forte et influente aux yeux du Dolohov qui boit mes paroles et mes promesses de gloire. Donnant-donnant. Mais je me refuserais à le voir enfermé, non seulement car il m’est intimement utile, fiable et fidèle, mais aussi parce que nous sommes affiliés, et que le laisser tomber pourrait permettre d’éveiller la curiosité des autorités sur les gens qui lui sont proches.

Mes yeux le transpercent alors à nouveau. J’en ai marre des sermons.

- Tu sais que tu es surveillé. Tous ces séjours à Azkaban ne t’ont donc jamais suffi ? Pas. En. Public. Dolohov. Jamais. Calme-toi, bon sang ! Ils t'ont filmé ! Qu'est-ce qu'on fera, si ça arrive aux yeux du ministère, mmh ?

_________________

   
   
I am what I want you to want
I can't feel ☽  the way I did before, don't turn your back at me, I won't be ignored. Time won't heal this damage anymore, don't turn your back at me, I won't be ignored.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 08/01/2017
Messages : 53
Points : 45
x âge : 28 ans
x métier : Psycho en puissance
x statut : Sorcier

MessageSujet: Re: I lost control along the way (Nora)   Mer 16 Aoû - 23:45

La foule se disperse peu à peu aux paroles de Nora, de peur ou tout simplement par manque d'intérêt. Le brun, la regarde, l'admirant en silence, elle sait le gérer, mais surtout faire le ménage après ses accès de colère et cela force l'admiration du brun, en plus du fait que la sorcière soit la digne descendante d'un des plus grands sorciers aux yeux du Dolohov. Après avoir fait un sort d'amnésie sur le moldu, la brune repose son attention sur Artyom en tendant sa main tout en lui réclamant le portefeuille, qu'il avait subtilisé avec discrétion au moldu. Arty pousse alors un soupir, en faisant la grimace, tout en attrapant dans sa poche le fameux portefeuille qu'il tendit à Nora. Sérieusement, comment pouvait-elle le connaître aussi bien ? Cette femme avait bien cerné les pulsions psychopathe du garçon. Ce gars ne méritait pas sa protection, ne pouvait-il, même pas s'amuser un peu avec lui ? Lui montrer qui il était ? Sa supériorité ? Artyom se savait surveillé, mais il pouvait être discret s'il le voulait, bien qu'en ce moment sa conduite ne le montrait pas. Ce que Nora ne manque pas de lui rappeler en lui assénant un sermon, que sa mère aurait pu lui dicter. Son regard le transperçant finit de le convaincre qu'il avait peut-être perdu le contrôle. Il savait tout ça, mais parfois, il s'emporte, le brun, il ne peut pas contrôler sa haine envers les moldus. Sa soif de sang ne peut être tût, si facilement. Le Dolohov ne s'excuse pas, craignant de voir un morceau de son âme disparaître. Bien qu'il n'en a clairement pas. « Ils sont stupides, pour eux ce n'était qu'un spectacle. » Il ne cache pas son mépris dans sa voix tout en essayant de trouver une excuse à son acte, il les déteste et ce sera toujours ainsi. À ses yeux, ce ne sont que des êtres insignifiants. Il jette d'ailleurs un regard méprisant vers le moldu qui vient tout juste de subir le sort d'amnésie. Le type n'est pas spécialement en forme, mais cela n'éveille en rien la pitié du jeune-homme. Arty est seulement en colère de n'avoir pu finir ce qu'il avait en tête. « Le ministère à d'autres soucis à se faire en ces temps incertains. » Il parle bien évidemment de la pièce de théâtre qui fait s'arracher les cheveux des membres du ministère. Artyom devait pourtant être déjà sur une petite liste des individus à surveiller après son dernier passage à Azkaban. Azkaban ne lui a pas laissé un doux souvenir, mais il sait que pour si peu, il ne sera pas inquiété par le ministère. « Ne devrait-on pas faire une action contre le ministère ? Faire une action qui aura une répercussion plus percutante chez les moldus ? » Ses yeux s'enflamment d'une colère enfouie en lui. Il parle bien évidemment de tuer des moldus innocents, par centaine s'il le faut. Impatient, il aimerait foncer tête baissée. Répandre le chaos, voir la peur traverser chaque visage moldus. Le ministère serait ainsi totalement débordé et ne pourrait plus rattraper leurs erreurs par des tours de passe-passe. Le ministre n'aurait d'autre choix que d'annoncer l'existence de la magie.
Il enfouit alors, ses mains dans ses poches de son pantalon. « Si tu t'inquiètes tant pour mon comportement, tu ne devrais pas me laisser seul. » Il l'a toise de la tête au pied avec un petit sourire. Il ne se prive pas, de l'observer, son corps, qu'il trouve tout simplement parfait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 04/12/2016
Messages : 275
Points : 163
x âge : 29 ans
x métier : libraire de l'allée des embrumes
x statut : sorcière, imposteur, empruntant ses origines à celles de Voldemort à grands coups de fourchelang

MessageSujet: Re: I lost control along the way (Nora)   Dim 20 Aoû - 21:53

Le tempérament d’Artyom Dolohov est incontrôlable, certes, mais prévisible. Il fonctionne souvent avec le même mode opératoire, le rendant par la même occasion sans surprise et une cible de plus en plus facile du ministère qui voudrait le voir pourrir en prison jusqu’à la fin de ses jours. Je ne suis pas contre qu’il s’attaque aux moldus, seulement, il finira traqué s’il continue et je n’ai aucune envie de risquer la peau du brun en le laissant assouvir ses pulsions. C’est pour cela qu’une fois le portefeuille en mains, je vérifie en vitesse que tout s’y trouve, puis appelle son propriétaire, encore confus un peu plus loin.

- Hé, toi ! Tiens, t’as oublié ça !

Je lance le portefeuille dans sa direction, qui rebondit sur son visage et atterrit un peu plus loin. Je ricane quelque peu en le voyant galérer, puis je reporte mon attention sur le Dolohov. Il n’a pas tort, certes. Les moldus ont cru à un spectacle de rue, impressionnés par le réalisme de l’acteur, probablement. Mais ce ne sont pas les moldus, qui m’inquiètent. Ce sont leurs réseaux à trois francs, leur internet qui pourrait envoyer cette vidéo à l’autre bout du monde et tomber entre de mauvaises mains. Je pince donc les lèvres, n’admettant pas pour autant qu’il ait raison mais omettant bien également de lui dire qu’il a tort.

- Quoi qu’il en soit, je ne laisserai pas l’un de mes meilleurs éléments risquer de pourrir à Azkaban jusqu’à la fin de ses jours. Petit à petit, ils finiront par reporter leur attention sur toi, Artyom… Tu n’es même pas prudent ! Je ne donne pas cher de ta peau si tu ne te calmes pas.

Vous me direz qu’après tout, je ne suis pas sa mère. Mais je ne veux pas non plus risquer qu’on s’intéresse à moi, s’il se fait arrêter et que le ministère venait à apprendre que nous sommes… proches. J’ai baissé un peu le ton, laissant les reproches de côté tout en restant ferme. Il faut qu’il comprenne.

- Plus tard, je rétorque dans la seconde à sa proposition d’attaquer le ministère. Nous ne sommes pas assez nombreux pour miser aussi gros. Il nous faut des recrues, j’y travaille, tu devrais essayer, toi aussi. Mais tant que nous sommes si peu, c’est bien trop risqué. On ne ferait pas le poids.

La prudence. Voilà ce qui me différencie d’Artyom Dolohov qui agit sans réfléchir, sur de simples pulsions. J’ai besoin d’élaborer mes plans, de les préparer longtemps, d’être certaine de mon coup. Attaquer sans réfléchir, très peu pour moi, sans certitude, encore moins. C’est un mauvais plan.

Mais voilà qu’il m’observe, de la tête aux pieds, et je ne peux m’empêcher de réprimer un sourire satisfait… tout de suite camouflé par un mouvement de tête, de gauche à droite, et un haussement d’yeux.

- Je ne serai pas toujours fourrée derrière ton fessier, il faut que tu apprennes à te gérer seul. Je dois pouvoir te faire confiance, tu dois être capable d’assurer nos arrières et prendre la place qui t’appartient. Tu n’y arriveras pas si je suis dans tes pattes.


Petit regard mutin, sourire narquois apparent, mes iris filent droit dans les siennes. Je l’ai vu, il ne s’en cache pas, et contrairement à ce qu’on pourrait penser de prime abord, ça ne me dérange même pas. Au contraire.

- Et tu finirais par t’habituer à ce que je te suive partout... Fini, l’élément de surprise.

Qui a dit que j’aimais être imprévisible, ne jamais prévenir de mes visites et risquer de débarquer à tout moment ?

Je m’approche de quelques pas, lançant de petits coups d’œil dans toutes les directions.

- On devrait partir d’ici. On ne sait jamais. Suis-je encore bienvenue chez toi ou tu comptes me faire payer de t’avoir interrompu en plein spectacle ?


_________________

   
   
I am what I want you to want
I can't feel ☽  the way I did before, don't turn your back at me, I won't be ignored. Time won't heal this damage anymore, don't turn your back at me, I won't be ignored.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 08/01/2017
Messages : 53
Points : 45
x âge : 28 ans
x métier : Psycho en puissance
x statut : Sorcier

MessageSujet: Re: I lost control along the way (Nora)   Mar 19 Sep - 22:49

Nora a raison, elle a toujours raison. Ses mots lui prouvent qu'il a eu tord d'attaquer un moldu en pleine rue. Enfin, perdre son sang-froid. Ce type ne méritait pas ne serait-ce qu'Artyom pose un regard sur lui. L'évocation d'Azkaban ne lui rappela pas de bon souvenir  et l'idée d'y retourner lui serait insupportable. Cela voudrait dire de ne plus participer à cette cause qui lui était chère, ni au fait de pouvoir voir la tête des traîtres à leurs sangs quand ils découvriront que la guerre n'était peut-être pas finie. Cela les ferait peut-être redescendre de leur piédestal. Il devait être prudent oui. Bien sûr, il ne dit rien, fierté masculine en jeu. Mais les reproches fusèrent de nouveau à son évocation d'attaquer le ministère. Il savait que sa réponse serait négative. Prudente. Trop prudente à ses yeux. Mais il ne serait pas là sans elle. Elle avait encore raison, s'ils se faisaient attaquer par manque de sorciers, ce serait un échec. Il fallait agir discrètement et pouvoir recruter des sorciers avec les mêmes idéaux. « Mon nom n'est pas vraiment populaire. » Enfin, pas dans le bon sens. À part ses amis proches, ceux des familles sorcières autrefois qui adulait Voldemort. Son grand-père ayant tué et torturé par plaisir beaucoup de moldu, beaucoup de sorciers ne s'approchaient pas et évitaient soigneusement le Dolohov. Comme si lui-même était un psychopathe. Son emprisonnement pour avoir torturé une moldue au passage n'arrangeait pas les choses.

Toujours en train de la regarder, il l'écoute, le sermonner une nouvelle fois, il faut dire qu'il en a l'habitude. Il lève les yeux à sa remarque qu'elle ne sera pas toujours derrière son fessier, c'était vraiment dommage. En tout cas, il était un peu vexé qu'elle n'est toujours pas confiance en lui et s'assurera de prendre au plus vite la place qui lui revient. Leurs yeux se fixent, il n'abandonne pas son petit sourire en coin. Surtout pas quand elle lui annonce qu'elle veut avoir un élément de surprise. Il était certain que c'était un peu plus excitant comme ça.

La brune s'approche alors de lui pour lui suggérer de quitter les lieux. Dire qu'elle avait encore raison, rester ici, ce n'était pas prudent. Il passe sa main sur sa mâchoire faisant mine de réfléchir à sa question. « Tu aurais pu me le laisser pour plus tard, j'aurais été prudent. » Petit sourire en coin, il aurait adoré cette idée. Il adore aussi, lui faire perdre un peu son temps. C'était si simple aujourd'hui de faire disparaître un moldu. De toute manière, qui se soucie d'eux ? À part eux-mêmes ? Leurs abonnées sur leur application ? Tout ça le dépasse. La technologie le dégoûter au moment même où il avait entendu dire qu'elle avait été fabriquée par les moldus. Le pire, c'est que certains sorciers essayer de s'inspirer de leur technologie. Sinon, bien sûr qu'elle était toujours la bienvenue chez lui, la brune lui dirait d'aller tuer un Magyar à pointes, il le ferait. Il s'approche d'elle un peu plus, attrapant ses hanches et d'un geste, ils atterrissent dans son appartement. Artyom se détache un peu de la brune pour laisser apparaître sa garçonnière. Une grande garçonnière, avec une belle baie vitrée dévoilant la ville sombrant dans la nuit. « Tu veux quelque chose à boire ? » Lui n'attendit pas sa réponse pour foncer dans sa cuisine ouverte et prendre le whisky pur feu pour se servir un verre. « Tu as un nouveau projet en préparation ou on ne parle pas affaires ce soir ? » Son regard se plante de nouveau sur elle. Bien sûr, lui, il préfère la deuxième option. Quoi que, son cœur balance.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 

I lost control along the way (Nora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» U/W Control
» Besoin d'avis sur mon UW control
» Beta Test The Lost Planet: Red Zone par XTrophx
» Lost Planet 2
» Let's Go Island - Lost on the Island of Tropics

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GLITCH OF MAGIC 〓 :: central london :: camden
-